Perdue dans les rues de la foire aux guignols
Dans la foule de ceux qui ont l'or pour idole
Les regards rendus ternes par le tube cathodique
Qui dégueule un message plus tellement catholique
Le poète n'a de choix que la mort ou la lutte
Pour ne pas terminer en triste pantin inculte
Dont l'on tire la sève à la force du chantage
Que l'on retient en laisse par la peur du chômage
Main-d'oeuvre bon marché pour le règne oligarque
Qu'il est sombre cet avenir ou dérivent nos barques
Sur la plage des peuples au sommeil léthargique
Qui pleure de son sort ce qu'il a de tragique
En ce siècle de profit le cynisme est rentable
A l'élite dirigeante qui se goinfre à sa table
L'Amérique nous entraîne dans son profond sillage
L'exclusion culturelle contre leur rêve de pillage
Pour vendre à la France le médiocre en pâture
Tirer sur nos espérances une vulgaire rature
Il faudra avant cela qu'ils nous passent sur le corps
On ne tue pas les artistes en ratifiant un accord

Retour à l'accueil